Home » Non classé » Bien à vous n° 6 – 28 mai 2021

Bienvenue

Bienvenue sur le site de la Congrégation de l’Oratoire de Dijon.

Erigée canoniquement par le Saint-Siège le 15 juillet 2011, la Congrégation de l’Oratoire de Dijon vit et déploie sa vocation oratorienne sur le site de la paroisse Paul-Sainte Jeanne d’Arc de Dijon. 

Suivant le charisme de saint Philippe Néri (1515-1595), fondateur de leur congrégation, les Oratoriens reçoivent la vie communautaire et la charité fraternelle comme école de sanctification, en vue d’un apostolat commun qui participe à l’évangélisation de la ville où ils sont implantés.

Leur apostolat s’appuie d’abord sur la transmission quotidienne et fraternelle de la Parole de Dieu, l’approfondissement de la vie sacramentelle et l’attention au parcours spirituel de chacun.

En collaboration avec les autres prêtres, ils reçoivent également une mission au service du diocèse de Dijon ou d’autres institutions de l’Église.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Bien à vous n° 6 – 28 mai 2021

Merci encore…

Merci encore, chers amis, pour la prière avec nous et pour nous à l’occasion de la saint Philippe Néri ! Que ces quelques mots participent à la joie de la fête. Elle a lieu chaque année à proximité de l’Ascension, de la Pentecôte, de la Trinité ou encore, comme en 1595, lorsque notre bon père entra dans la joie du ciel, de la Fête-Dieu.
Ces fêtes que nous “enchaînons” comme un chapelet de mystères bien ordonnés sont à vivre intensément chacune, et si possible aussi comme un tout. Nous pouvons demander cette grâce que les divers éléments “juxtaposés” de notre foi, et ceux de notre vie, se fondent en un tout cohérent et harmonieux, correspondant au regard simple de Dieu.
Il nous faut pour cela demander le don de sagesse, don du Saint-Esprit qui couronne tous les autres, et par lequel précisément nous goûtons et percevons ce qui appartient au Royaume des cieux. Don de sagesse par lequel nous sommes mis sur la “longueur d’onde” du règne de Dieu, pour que notre témoignage ne soit plus un laborieux effort de communication, mais un rayonnement authentique, par lequel Dieu attire gracieusement.

Notre semaine commence par la belle célébration de la Sainte Trinité

Si Dieu est amour, si l’homme est à l’image de Dieu, alors l’amour est la principale caractéristique et de notre vie personnelle et sociale. Célébrer la Trinité avec foi signifie nous laisser marquer par cette façon d’être à la fois UN et TROIS. À chaque fois que nous regardons la Trinité, à chaque fois que nous la célébrons, que nous entrons dans sa danse dans une célébration liturgique, alors Elle nous marque comme le sceau marque la cire.
Avant de la réfléchir la Trinité se reçoit.
Si nous sommes vraiment chrétiens, nous sommes donc Trinitaires. En la laissant nous façonner, nous devenons capables d’une vie fraternelle où chacun reste vraiment personne singulière et où tous ne font qu’un. Le désir d’une vie conjugale, familiale, fraternelle qui soit communion de personne est inscrit dans notre cœur. Un désir aussi profond que nous avons besoin d’oxygène. 
La fête de la Visitation, fêtée ce li 1mai, nous montre et nous introduit dans une des plus belle concrétisation de l’écoulement de la vie trinitaire dans nos vies.
Cette fête de la Visitation peut nous évoquer ceci : quand une communion rencontre une autre communion…
Marie et son enfant forme une communion de corps et dans l’Esprit Saint, dès que Marie, par son Fiat, s’est ouverte à la Trinité. Elisabeth et son enfant forme aussi une communion.
Ces deux communions se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Une communion élargie où les deux mères, loin de retenir pour elles le trésor de leur maternité, l’offrent l’une à l’autre.
Résultat : le jaillissement de la joie et de la l’action de grâce.
Il en va ainsi lorsque des communautés chrétiennes, aussi différentes puissent-elles être, se retrouvent, s’enrichissent, se donnent l’une à l’autre. C’est ainsi que l’unité de l’Église se développe et rend en quelque sorte visible l’unité de la Trinité.
L’étau de la pandémie se dessert. S’ouvrent désormais de nouvelles possibilités de refonder nos liens de communion. Communion conjugale, familiale, communautaire, etc. Prions le Seigneur pour que l’expérience des mois passés porte ses fruits de renouveau.

La Visitation

La Visitation est un mystère que saint Philippe aimait beaucoup. Il avait l’habitude de faire oraison devant ce tableau que les oratoriens avaient fait peindre par le grand artiste Federico Barocci. Il était installé dans l’une des chapelles latérales de leur église toute neuve, église dédiée à la Vierge Marie, dont toutes les chapelles sont dédiées à l’un des mystères du Rosaire. Philippe ne se lassait pas de contempler ce tableau de la Visitation.
Il y voyait la rencontre des deux femmes, Marie et Élisabeth, sur les marches de l’escalier qui mène à la porte de la maison de Zacharie. Rencontre nimbée d’une discrète mais très belle lumière, dont la source est invisible, ce qui aide à comprendre que c’est la grâce de Dieu qui éclaire et révèle la forme et le sens de tout être et de tout événement. Marie monte les marches et tend sa main à sa cousine qui, debout devant elle, se penche avec un grand sourire et lui serre la main d’un geste franc et chaleureux, avec la fermeté d’une paysanne. Derrière elles, l’horizon s’ouvre sur le soleil. Sur le côté, à l’arrière plan, on voit Zacharie qui regarde la scène, l’air un peu étonné, depuis l’intérieur de sa maison d’où sort une faible lumière. Son regard donne la trajectoire d’une ligne droite qui traverse le tableau en diagonale, du haut vers le bas. La diagonale opposée « monte » en suivant, elle, les couleurs et les plis du manteau de la Vierge. Et au point central du tableau, l’intersection de ces deux lignes, c’est la poignée de mains des deux femmes. En ce point est représenté un grand mystère. Le mystère d’une longue et vieille attente qui touche enfin la Réponse de Dieu. Réponse que Marie vient de concevoir en elle, et qu’Élisabeth reçoit avec joie, avec vigueur, de la force même que lui a communiqué le tressaillement de joie de Jean-Baptiste en son sein.
Comme un bon tableau baroque, celui-ci est ouvert, comme pour permettre à celui qui le regarde d’entrer dans la scène. Saint Philippe n’a pas manqué de s’engouffrer dans cette brèche, et surtout de se laisser éclairer lui-même, du dedans, par l’Esprit-Saint, pour “voir” ce que Dieu lui montrait là. Cela lui procura une extase, chose dont il avait plus l’habitude que nous, mais point n’est besoin que nous en ayons une pour que ce mystère, nous aussi, nous imprègne. Au cas, fort probable, où la reproduction de cette image ne vous aide pas suffisamment à voir de vos yeux, ne vous en souciez pas, sûrement Marie que vous prierez pour cela vous guidera-t-elle vers la saisie “du dedans” de ce qu’il s’agit vraiment de voir ici.

Reprise du café-croissants

Après plusieurs mois d’interruption, le café-croissants du samedi matin reprend le samedi 5 juin, avec son rythme habituel : messe à 8h30, café-croissants à 9h15 et partage sur la Parole de Dieu jusque 10h. Gestes barrière de rigueur…

Des nouvelles du pèlerinage en Terre Sainte (4-11 nov 2021)

Un pélé en Terre Sainte est organisé à l’occasion des 10 ans de la fondation de l’Oratoire de Dijon. Cette organisation est confirmée en intégrant les dispositions sanitaires en cours.

  • Vous avez suivi depuis quelques semaines les développements douloureux et hélas si habituels à Jérusalem et à Gaza. Depuis 1948, cette région ne connaît pas la paix, alors que le psaume 126 l’appelle de tout son coeur : “Paix sur Israël”. A ce jour, il n’est pas possible de savoir comment cette situation évoluera. Quoi qu’il en soit, avec l’agence Terre Alto, nous ne prendrons aucun risque et nous ne vous en ferons courir aucun. Au vu des conditions d’annulation, nous avons encore largement de temps (en fait jusque début septembre) pour prendre les décisions adéquates.
  • De sorte que pour l’heure, nous continuons à préparer ce pèlerinage, avec joie et impatience.
    Nous serons heureux de vous retrouver le dimanche 6 juin de 16h à 18h à l’église Ste Jeanne d’Arc de Dijon (17, bd Jeanne d’Arc). Le but de cette rencontre sera triple :
    – présenter le pélé, son déroulement, son esprit, et notamment répondre à toutes vos questions
    – entrer ensemble dans la préparation de ce pèlerinage
    – commencer à faire connaissance
  • Nous sommes  43 inscrits à ce jour ! Il est toujours possible de s’inscrire, avant le 30 juin avec les liens ci-dessous.

Cliquez ici ou sur l’image