Bienvenue

Bienvenue sur le site de la Congrégation de l’Oratoire de Dijon.

Erigée canoniquement par le Saint-Siège le 15 juillet 2011, la Congrégation de l’Oratoire de Dijon vit et déploie sa vocation oratorienne sur le site de la paroisse Paul-Sainte Jeanne d’Arc de Dijon. 

Suivant le charisme de saint Philippe Néri (1515-1595), fondateur de leur congrégation, les Oratoriens reçoivent la vie communautaire et la charité fraternelle comme école de sanctification, en vue d’un apostolat commun qui participe à l’évangélisation de la ville où ils sont implantés.

Leur apostolat s’appuie d’abord sur la transmission quotidienne et fraternelle de la Parole de Dieu, l’approfondissement de la vie sacramentelle et l’attention au parcours spirituel de chacun.

En collaboration avec les autres prêtres, ils reçoivent également une mission au service du diocèse de Dijon ou d’autres institutions de l’Église.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Bien à vous n° 4 – 14 mai 2021

La Pentecôte par Arcabas (Eglise du Cénacle à Lyon)

Chers amis

Cette semaine qui s’ouvre est la 7ème semaine du temps pascal, mais est aussi la semaine préparatoire à la fête de la Pentecôte.  Demandons au Seigneur qu’il ouvre notre intelligence à cette personne de la Trinité. Car il s’agit bien d’une personne, pas seulement d’une énergie. Qu’il ouvre aussi notre cœur pour qu’il soit habité par Lui. Il est l’Amour qui unit le Père et le Fils. C’est par lui que nous participons à cet Amour. Il est le lien et nous met en lien avec Dieu et entre nous.

« L’Esprit Saint, malgré tout, restera toujours le Dieu caché, même si nous connaissons ses effets. Il est comme le vent: on ne voit pas d’où il vient et où il va, mais on voit les effets de son passage. Il est comme la lumière qui éclaire tout ce qui est devant, en restant elle-même cachée. 
C’est pourquoi il est la personne la moins connue et la moins aimée des Trois, bien qu’il soit l’Amour en personne. Il nous est plus facile de penser au Père et au Fils comme «  personnes », mais plus difficile pour l’Esprit. Aucune catégorie humaine ne peut nous aider à comprendre ce mystère. Pour parler de Dieu le Père, nous avons l’aide de la philosophie qui s’occupe de la cause première (le Dieu des philosophes); pour parler du Fils nous avons l’analogie humaine du rapport humain père-fils et, le Verbe s’étant fait chair, nous avons également l’histoire. Pour parler de l’Esprit Saint nous n’avons rien sinon la révélation et l’expérience. Les Ecritures elles-mêmes parlent de lui en se servant toujours de symboles naturels : la lumière, le feu, le vent, l’eau, le parfum, la colombe.
Nous ne saurons vraiment qui est l’Esprit Saint qu’au paradis. Nous le vivrons même dans une vie qui n’aura pas de fin, dans un approfondissement qui nous donnera une joie immense. Ce sera comme un feu très doux qui inondera notre âme et la comblera de béatitude, comme lorsque l’amour touche le cœur d’une personne et celle-ci se sent heureuse. »
(R. CANTALAMESSA, Première prédication de l’Avent à la Curie romaine, 2 décembre 2016)

Pour nous préparer à la Pentecôte, nous pouvons reprendre chaque jour cette séquence de la messe de la Pentecôte :


Viens, Esprit-Saint,
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres,
viens, dispensateur des dons,
viens, lumière de nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos,
dans la fièvre, la fraîcheur,
dans les pleurs, le réconfort.

O lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu’à l’intime
le cœur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n’est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui est faussé.

A tous ceux qui ont la foi
et qui en toi se confient
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu,
donne le salut final
donne la joie éternelle.

A noter dans nos agendas

Le 26 mai est la fête de saint Philippe Néri, fondateur de l’Oratoire.

La messe de ce jour sera présidée par Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon à l’église Ste Jeanne d’Arc

L’horaire de 19h est à confirmer

Bien à vous n° 3 – 7 mai 2021

Chers amis, si l’Esprit Saint veut bien se mêler à l’écriture et à votre lecture de ces quelques mots, cela les fera verser du bon côté : non celui de la saturation d’informations qui nous étouffe, mais celui du silence de paix et d’adoration qui nous fait respirer.
Dans la semaine qui vient nous fêterons l’Ascension. Dans la première lecture de ce jour-là (Actes 1, 1-11), je note que le Seigneur demande aux apôtres d’attendre que s’accomplisse la promesse du don de l’Esprit Saint. Simplement attendre. Il n’y a aucune échéance précise indiquée : c’est après coup que nous savons qu’elle était dix jours plus tard, à la fête de la Pentecôte. Dieu seul savait.
L’accomplissement des promesses n’est pas instantané : Dieu nous demande d’accepter un délai sans échéance connue de nous.
Il n’y a pas d’histoire sans délai. Les événements qui forment la trame de l’histoire se réalisent forcément dans le temps. Or ce temps, qui est sa créature, Dieu le fait participer à notre rapprochement avec Lui. Aussi bien par sa durée. Souvenons-nous de toutes les attentes que comporte l’Histoire sainte, et spécialement du très long temps qu’il a fallu avant que ne vienne le Christ.
Nous pensons naturellement qu’un délai retarde, ralentit, gêne le rapprochement. Dieu ne pense pas ainsi. Un délai, et donc une attente qu’il nous demande, nous rapproche de lui plus sûrement qu’un don perçu comme instantané. En tout cas le don, au terme du délai, pour être bien accueilli, suppose une préparation qu’une attente calme, patiente, confiante et vigilante nous procurera.
C’est une caractéristique de l’action divine que méconnaît notre culture de l’instantané ; en ce mois de Marie, soyons révolutionnaires à sa façon à elle : ne fuyons pas la grâce de l’attente.

Quand j’étais un petit enfant
Ma mère ne m’habillait que de bleu et de blanc
O Sainte Vierge
M’aimez-vous encore
Moi je sais bien que je vous aimerai
Jusqu’à ma mort
Et cependant c’est bien fini
Je ne crois plus au ciel ni à l’enfer
Je ne crois plus je ne crois plus
Le matelot qui fut sauvé
Pour n’avoir jamais oublié
De dire chaque jour un Ave
Me ressemblait me ressemblait

Guillaume Apollinaire

Rembrandt
Je ne connais pas de tableau sur l’Ascension qui ait marqué ma mémoire. Mais il y en a un qui me fait bien penser à ce mystère, c’est celui de Rembrandt sur Emmaüs qui montre Jésus au moment où il disparaît aux yeux du disciple qui le reconnaît. C’est le moment où le Ressuscité n’a plus besoin d’être là que sous une forme voilée : la foi suffit pour le reconnaître. Il disparaît et en même temps il est là. « Là, dans le sacrement de son amour », comme disait le Curé d’Ars. Le pain rompu auquel nous communions : voilà bien celui que donne à voir la silhouette peinte par Rembrandt. Ce pain est à la fois Celui qui vit dans la gloire et celui qui nous dit « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps ».
P. Matthieu

Bien à vous n° 2 – 30 avril 2021

Le mois de mai, mois de Marie

« Sous ta miséricorde, nous cherchons refuge, sainte Mère de Dieu » chantons-nous. Ce 1er mai s’ouvre ce mois de Marie où est sollicitée notre ferveur, notre simple dévotion filiale : « Ne sais-tu pas que je suis ta mère ? » interrogeait la Mère de Dieu à son apparition à Guadalalupe.
Puisse ce mois de prière mariale intense nous permettre d’exprimer notre attitude filiale et confiante à cette Mère de miséricorde. Comme à Cana, elle saura discerner nos besoins pour les présents à son Fils. Qu’elle prie pour nous. Ce poème célèbre de Paul Claudel nous aidera :

Il est midi. Je vois l’église ouverte. Il faut entrer.
Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.

Je n’ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.

Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là.

Rien que pour un moment pendant que tout s’arrête.
Midi !
Être avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.

Ne rien dire, regarder votre visage,
Laisser le cœur chanter dans son propre langage,

Ne rien dire, mais seulement chanter parce qu’on a le cœur trop plein,
Comme le merle qui suit son idée en ces espèces de couplets soudains.

Parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée,
La femme dans la Grâce enfin restituée,

La créature dans son honneur premier et dans son épanouissement final,
Telle qu’elle est sortie de Dieu au matin de sa splendeur originale.

Intacte ineffablement parce que vous êtes la Mère de Jésus-Christ,
Qui est la vérité entre vos bras, et la seule espérance et le seul fruit.

Parce que vous êtes la femme, l’Eden de l’ancienne tendresse oubliée,
Dont le regard trouve le cœur tout à coup et fait jaillir les larmes accumulées,

Parce que vous m’avez sauvé, parce que vous avez sauvé la France,
Parce qu’elle aussi, comme moi, pour vous fut cette chose à laquelle on pense,

Parce qu’à l’heure où tout craquait, c’est alors que vous êtes intervenue,
Parce que vous avez sauvé la France une fois de plus,

Parce qu’il est midi, parce que nous sommes en ce jour d’aujourd’hui,
Parce que vous êtes là pour toujours, simplement parce que vous êtes Marie, simplement parce que vous existez,

Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !

Paul Claudel,  Œuvre poétique, Poèmes de guerre, La Pléiade, Gallimard, 1957

St Joseph, travailleur – 1er mai

A la lumière de la chandelle tenue par le fils, il travaille avec ardeur et persévérance. Il est le charpentier. En silence et avec courage, il est à sa place : sa place de juste, de père nourricier, d’enfant bien-aimé du Père. C’est qu’il doit devenir le visage du Père pour le Fils.

Nous le fêtons ce samedi, notamment à messe de 8h30, au cœur de cette année St Joseph voulue par le pape François. Relisons quelques lignes ou quelques pages de la lettre apostolique Patris Corde.

Tableau : Saint Joseph charpentier, par Georges de la Tour, vers 1640, Musée du Louvre

A noter dans nos agendas

Le 26 mai est la fête de saint Philippe Néri, fondateur de l’Oratoire.
La messe de ce jour sera présidée par Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon à 18h (horaire à confirmer) à l’église Ste Jeanne d’Arc

Des nouvelles du pèlerinage en Terre Sainte (4-11 nov 2021)

Un pélé en Terre Sainte est organisé à l’occasion des 10 ans de la fondation de l’Oratoire de Dijon. Cette organisation est confirmée en intégrant les dispositions sanitaires en cours. Dans les bonnes nouvelles à partager :
– le port du masque n’est plus obligatoire dans les lieux publics israéliens depuis le 18 avril ;
– les pèlerinages reprennent le 27 mai (avec certificat vaccinal et test PCR à l’arrivée).
– Déjà 38 inscrits ! Il est toujours possible de s’inscrire, avant le 30 juin avec les liens ci-dessous.
– Réunion de présentation : dimanche 6 juin dans l’après-midi (horaires à préciser)

Cliquez ici ou sur l’image

Bien à vous n° 1 – 23 avril 2021

Une année de pandémie nous a bien éloignés les uns des autres. Nos rendez-vous habituels (retraite d’1 jour, Amis de Saint Philippe, Café-croissants-Parole de Dieu du samedi, rencontres informelles…) n’ont plus pu avoir lieu. Nous voilà privés de la richesse de tous ces échanges.Bientôt le bout du tunnel, nous l’espérons.
En attendant, et pour garder l’occasion de vous exprimer toute notre affection pastorale, nous avons décidé de nous adresser à vous, chaque semaine, jusqu’aux grandes vacances, par ce petit courrier dit « Bien à vous ». Un clin d’œil plein de communion spirituelle dans le Seigneur. Certains d’entre vous reçoivent les notes des Retraites d’un jour. Tout le monde en aura un aperçu. De même pour les rencontres des Amis de Saint Philippe : un bref aperçu du thème qui aurait pu alimenter la rencontre de mardi, si elle avait pu avoir lieu. Et aussi, selon l’imagination du rédacteur, des intentions de prières, des petits mots spirituels, des commentaires d’œuvres d’art, etc…
Dimanche du Bon Pasteur – 25 avril 2021
Notre prière en ce jour concerne les vocations sacerdotales. Si la source et le sommet de l’Eglise, de sa vie, de sa mission, est l’eucharistie
alors nous comprenons l’importance du sacerdoce. Il est le service capital.
Pour que tous nous soyons missionnaires il nous faut ce service de l’eucharistie assuré par quelques-uns.
« Prions intensément et avec grande foi le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson. »
Retraites d’un jour 2020-2021
Le programme 2020-2021 des Retraites d’un jour a été mis à mal par la situation sanitaire.
La retraite du 4 mai est annulée, sous sa forme présidentielle. Nous restons en lien grâce à l’envoi postal du texte des méditations de cette journée de retraite. Qu’elles puissent vous aider à entrer dans les lectures du dimanche.
Ceux qui ne l’ont pas encore fait peuvent envoyer envoyer leur participation à ces envois (chèque de 25 € à l’ordre de l’Association des Amis de l’Oratoire – 17, bd Jeanne d’Arc 21000 DIJON)
Dès que possible, les dates et programme 2021-2022 vous seront communiquées

Amis de St Philippe
Dans le cadre des échanges des Amis de Saint Philippe de ce mardi 27 avril, nous avions le projet d’échanger sur le Psaume 4, mais aussi d’explorer les personnes et les lieux de sainteté en Bourgogne.
Nous avons eu le temps d’évoquer Saint Frou (Barjon, Saint Martin, au VIIIème siècle), Saint Jean de Réôme (Moutiers saint Jean, Corsaint, au VIème siècle), Sigo de Mesmont (dit saint Seine, originaire de Mesmont près de Sombernon, Saint Seine l’Abbaye, VIème siècle). Nous aurions pu évoquer Saint Robert et Etienne Harding (Molesmes et Cîteaux). Le nombres de lieux d’ermitages est assez conséquent dans notre région.
Pour ceux qui en aurez le goût et le temps, et qui vivez dans le rural, renseignez-vous à hauteur de votre canton. Il est probable que vous en trouverez des traces. Bonne enquête. Et action de grâce pour notre patrimoine de sainteté.

Des nouvelles du pèlerinage en Terre Sainte (4-11 nov 2021)

Un pélé en Terre Sainte est organisé à l’occasion des 10 ans de la fondation de l’Oratoire de Dijon. Cette organisation est confirmée en intégrant les dispositions sanitaires en cours. Dans les bonnes nouvelles à partager : le port du masque n’est plus obligatoire dans les lieux publics israéliens depuis le 18 avril ; les pèlerinages reprennent le 27 mai (avec certificat vaccinal et test PCR à l’arrivée). Déjà 32 inscrits ! Il est possible de s’inscrire avant le 30 juin avec les liens ci-dessous. Réunion de présentation : dimanche 6 juin dans l’après-midi (horaires à préciser)
Cliquez ici ou sur l’image pour télécharger le tract de présentation

Horaires des offices de la Semaine Sainte 2021

Un pèlerinage en Terre Sainte en 2021

« Notre doux Sauveur Jésus-Christ, le Verbe incarné, s’est donné à nous, pour nous enrichir de tout ce qui nous était nécessaire ; il s’est donné jusqu’à la mort sur la croix »

(St Philippe Néri)

2011-2021 : pour célébrer les 10 ans de fondation de l’Oratoire de Dijon, nous vous proposons un pèlerinage en Terre Sainte, du 4 au 11 novembre 2021. Nous mettrons nos pas sur les pas du Christ pour nous mettre à l’écoute de la Parole de Dieu en ces lieux saints :

Le pèlerinage dans les Lieux saints devient ainsi une expérience extraordinairement significative, évoquée en quelque sorte par tout autre pèlerinage jubilaire. L’Eglise, en effet, ne peut oublier ses racines; bien plus, elle doit continuellement revenir à elles pour demeurer totalement fidèle au dessein de Dieu.

(St Jean Paul II, 1999)

Ce pèlerinage est organisé de sorte à laisser la Parole de Dieu résonner chaque jour, dans un climat de prière et de vie fraternelle. Si vous êtes intéressés, si vous vous posez des questions sur ce pèlerinage, si vous vous en savez plus, ou simplement si vous voulez connaître un peu plus cette Terre Sainte, sans forcément partir en novembre, 2 dimanches oratoriens de présentation de la Terre Sainte et du pèlerinage vous sont proposés :

7 mars et 6 juin 2021, de 16h à 18h
17, bd Jeanne d’Arc à Dijon

Les « indispensables » du pélé :

Retraites d’un jour – 6 octobre 2020

Dernière nouvelle : La retraite d’un jour du 6 octobre 2020 est annulée. Le texte sera envoyée par la poste aux participants inscrits.

Elections triennales – 8 septembre 2020

La Congrégation de l’Oratoire de Dijon a la joie de vous faire part de la tenue de ses élections triennales, ce mardi 8 septembre 2020, en la fête de la Nativité de la Vierge Marie :

  • Le Père Raphaël CLEMENT a été élu Prévôt.
  • Le Père Bruno DUFOUR a été élu Vicaire et Secrétaire.

Heureuse de poursuivre ainsi son travail, selon notre charisme, dans l’Eglise du Christ, elle sollicite en cette occasion votre prière pour sa fidélité et fécondité dans le Seigneur, vous assurant aussi de toute son amitié et des prières qu’elle adresse pour vous à Notre Dame et à notre père Saint Philippe.

Un article à découvrir sur l’Oratoire

L’occasion d’un projet de fondation d’Oratoire à Pontivy (diocèse de Vannes) a donné lieu à un article de la revue France Catholique. Il est à découvrir ici :

Retraites d’un jour 2020-2021

Mes paroles sont esprit et vie

Le programme 2020-2021 des Retraites d’un jour est disponible. Pour cette nouvelle année, nous proposons à nouveau un parcours pour s’approprier les lectures liturgiques du dimanche. Ces lectures, reçues dans la liturgie, nous sont données pour qu’elles deviennent nourriture et vie, qu’elles irriguent notre quotidien.
Dans l’esprit initié l’an dernier, chaque retraite d’un jour sera l’occasion de nous préparer à recevoir les lectures du dimanche suivant de l’année B, à l’écoute de l’Esprit qui nous fait les goûter et nous les approprier. On peut télécharger ici le programme.
Ayez soin d’apporter les lectures du dimanche (missel, revue liturgique,…)

Les retraites d’un jour se feront, chaque mois, dans le respect des dispositions sanitaires en vigueur. RDV à la chapelle de la Maison diocésaine, avec masque obligatoire

Les dates et le thème de chaque journée

Mardi 6 octobre 2020 : « Le repas des Noces est prêt » (Mt 22, 8)
28ème dimanche du Temps Ordinaire

Mardi 3 novembre 2020 : « Voici l’Epoux ! » (Mt 25, 6)
32ème dimanche du Temps Ordinaire

Mardi 1er décembre 2020 : « Préparez le chemin du Seigneur » (Mc 1, 3)
2ème dimanche de l’Avent

Mardi 5 janvier 2021 : « Tu es mon Fils bien-aimé » (Mc 1, 11)
Baptême du Seigneur

Mardi 26 janvier 2021 : « Je sais qui tu es : le Saint de Dieu » (Mc 1, 24)
4ème dimanche du Temps Ordinaire

Mardi 2 mars 2021 : « Ils crurent à l’Ecriture  et à la parole que Jésus avait dite » (Jn 2, 22)
3ème dimanche de Carême

Mardi 6 avril 2021 : « A qui vous remettrez les péchés, ils seront remis » (Jn 20, 23)
2ème dimanche de Pâques—dimanche de la Miséricorde

Mardi 4 mai 2021 : « Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres » (Jn 15,17)
6ème dimanche de Pâques