Home » Non classé (Page 2)

Category Archives: Non classé

Bienvenue

Bienvenue sur le site de la Congrégation de l’Oratoire de Dijon.

Erigée canoniquement par le Saint-Siège le 15 juillet 2011, la Congrégation de l’Oratoire de Dijon vit et déploie sa vocation oratorienne sur le site de la paroisse Paul-Sainte Jeanne d’Arc de Dijon. 

Suivant le charisme de saint Philippe Néri (1515-1595), fondateur de leur congrégation, les Oratoriens reçoivent la vie communautaire et la charité fraternelle comme école de sanctification, en vue d’un apostolat commun qui participe à l’évangélisation de la ville où ils sont implantés.

Leur apostolat s’appuie d’abord sur la transmission quotidienne et fraternelle de la Parole de Dieu, l’approfondissement de la vie sacramentelle et l’attention au parcours spirituel de chacun.

En collaboration avec les autres prêtres, ils reçoivent également une mission au service du diocèse de Dijon ou d’autres institutions de l’Église.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

1622-2022 – 400 ans de la canonisation de St Philippe Néri

L’histoire retient que Philippe meurt à près de 80 ans le 26 mai 1595, un peu comme une flamme qui s’est éteinte peu à peu. Un procès en canonisation s’ouvre très rapidement. L’accès pour les biographes aux minutes de ce Procès sera une source essentielle dans la connaissance de la figure de sa sainteté. 27 ans plus tard, le 12 mars 1622, il est canonisé en même temps que Thérèse d’Avila, Ignace de Loyola, François Xavier et Isidore le Laboureur. L’humour des Romains a vite résumé cette affaire : « Aujourd’hui à Saint-Pierre, le pape a canonisé quatre Espagnols et un saint ! »

Avec toute la Confédération de l’Oratoire, nous nous réjouissons de ce jubilé, en rendant grâce à Dieu pour ces « amis dans le Seigneur, messagers de sa joie » !

Saint Philippe Néri, un inclassable

C’est le titre d’une émission de CNews, diffusée le 5 février dernier, dans la rubrique « Les belles figures de l’histoire ».
Elle est visionnable ici :

Pèlerinage au féminin 2021

Besoin d’une pause…

N’hésitez pas et offrez vous cette joyeuse parenthèse spi, dans la nature et en fraternelle compagnie…

Lien sur le site pour les inscriptions :
https://sites.google.com/site/pelerinageaufeminin/

Activités 2021-2022

A découvrir le tract des activités de la nouvelle année

Tracts à télécharger : page recto page verso

Bien à vous n° 11 – 2 juillet 2021

« Bien à vous… »

Cette formule clôt d’une façon cordiale beaucoup des messages que nous pouvons nous échanger les uns les autres. Le titre de cette petite lettre hebdomadaire voulait vous redire le bien que vos pères de l’Oratoire vous souhaitent. C’est notre prière pour chacun de vous auprès du Seul Maître de nos vies. Au long des années, de multiples liens se sont tissés, sur la paroisse St Paul-Ste Jeanne d’Arc, au gré des diverses rencontres des samedis ou des mardis, au fur et à mesure des Retraites d’un jour, des Pélés au féminin, des milles et unes occasions de se croiser.

St Pierre Fourier (1545-1640) avait choisi comme devise : « Ne nuire à personne, être utile à tous » (en latin : Obesse nemini, Omnibus prodesse). Ce « bien à vous » l’exprime avec d’autres mots. Depuis 13 ans que nous sommes implantés à Dijon, et 10 ans que l’Oratoire de Dijon a été fondé canoniquement, ce « bien à vous » exprime ce que nous voulons être et faire pour vous. C’est tout le bien de Dieu que nous vous souhaitons et voulons faire grandir en vous et entre vous. C’est tout le bien de l’Esprit que nous voulons vous partager pour votre joie et votre vie avec Dieu et avec les autres. C’est tout le bien de la grâce que nous demandons pour vous chaque jour dans notre prière du soir à la Vierge Marie.

Au seuil de cet été, ce « Bien à vous n° 11 » est le dernier de cette série, pour cette année. Nous vous l’exprimerons d’une autre manière au cours de l’année pastorale prochaine, en espérant ne pas être rattrapés par cette crise sanitaire que nous venons de traverser, et qui n’est pas complètement derrière nous. Haut les cœurs, le Seigneur s’occupe de nous !
Ce dernier lien par mail en appelle d’autres. Pour l’heure croyez en notre proximité dans le Seigneur, avec saint Philippe Néri. Bon et bel été à vous. Nous vous le redisons de grand coeur : Bien à vous

Vos pères de l’Oratoire

Extrait de l’homélie du pape François pour la solennité des Apôtres St Pierre et St Paul, 29 juin 2021

Chers frères et sœurs, l’Eglise regarde ces deux géants de la foi et voit deux Apôtres qui ont libéré la puissance de l’Evangile dans le monde, uniquement parce qu’ils ont d’abord été libérés par la rencontre avec le Christ. Il ne les a pas jugés, il ne les a pas humiliés, mais il a partagé leur vie avec affection et proximité, en les soutenant de sa prière et, parfois, en les reprenant pour les provoquer au changement. A Pierre, Jésus dit tendrement : « J’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas » (Lc 22, 32) ; il demande à Paul : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? » (Ac 9, 4). Jésus fait de même avec nous : il nous assure de sa proximité en priant pour nous et en intercédant auprès du Père ; et il nous reproche avec douceur quand nous faisons erreur, afin que nous puissions trouver la force de nous relever et de reprendre le chemin.

Touchés par le Seigneur, nous sommes libérés nous aussi. Et nous avons toujours besoin d’être libérés, car seule une Eglise libre est une Eglise crédible. Comme Pierre, nous sommes appelés à être libres du sentiment de défaite face à notre pêche parfois faible ; libres de la peur qui nous immobilise et nous rend craintifs, en nous enfermant dans nos sécurités et en nous ôtant le courage de la prophétie. Comme Paul, nous sommes appelés à être libres des hypocrisies de l’apparence ; libres de la tentation de nous imposer par la force du monde plutôt que par la faiblesse qui fait place à Dieu ; libres d’une observance religieuse qui nous rend rigides et inflexibles ; libres des liens ambigus avec le pouvoir et de la peur d’être incompris et attaqués.

Pierre et Paul nous livrent l’image d’une Eglise remise entre nos mains, mais conduite par le Seigneur avec fidélité et tendresse – c’est lui qui conduit l’Eglise –  ; une Eglise faible, mais forte de la présence de Dieu ; l’image d’une Eglise libérée qui peut offrir au monde cette libération qu’il ne peut pas se donner tout seul : la libération du péché, de la mort, de la résignation, du sens de l’injustice, de la perte de l’espérance qui avilit la vie des femmes et des hommes de notre temps.

Demandons-nous aujourd’hui, dans cette célébration et ensuite, demandons-nous : nos villes, nos sociétés, notre monde, à quel point ont-ils besoin de libération ? Combien de chaînes doivent-elles être brisées et combien de portes fermées doivent-elles être ouvertes ! Nous pouvons être des collaborateurs de cette libération, mais seulement si nous nous laissons d’abord libérer par la nouveauté de Jésus, et si nous marchons dans la liberté de l’Esprit Saint.

Première messe

Le P. Adrien Dagois, familier de la paroisse et de l’Oratoire, a été ordonné prêtre dimanche 27 mai, à Lyon.
Il viendra présider la messe ce lundi 5 juillet à 18h30 à l’église Ste Jeanne d’Arc. Un pot convivial à l’issue de la messe nous permettra de le rencontrer.

Retraites d’un jour 2021-2022

Un programme est disponible sur ce lien. A très bientôt la joie de reprendre dès le 5 octobre (réservez la date) le chemin de la Maison diocésaine, avec les normes sanitaires en vigueur à ce moment là…

Bien à vous n° 10 – 25 juin 2021

Deux mois d’été !

Plutôt que « deux mois de vacances », on peut parler de « deux mois d’été ».
En effet tout le monde ne part pas en vacances, soit pour raison d’agenda, soit pour raison financière, soit pour raison de maladies, d’âge ou d’isolement. Cependant un climat de détente va être soigneusement entretenu dans notre vie sociale et médiatique. Dans un système allégé de règles sanitaires à cause de la pandémie, une certaine excitation pourrait se manifester, tel celle d’un bovin lâché dans le pré après plusieurs mois d’étable.
Quelle que soit notre situation, ce temps se prépare pour être mieux vécu : au plan humain, culturel, spirituel et de charité.
Au plan humain : quels lieux et activités pour se reconstruire relationnellement et psychologiquement ? Quel rythme ? Quelle hygiène de vie à surveiller ?
Au plan culturel : quels lectures ou sites à découvrir ?
Au plan spirituel : là aussi quelles lectures spirituelles ? Quel temps à consacrer à la prière personnelle, à la visite spirituelle d’une église ? Quelle attention émerveillée à la nature ?
Au plan de la charité : qui de ma famille, de mes amis, de mes voisins serait en souffrance, dans la solitude ?
À chacun de choisir, de construire.
Dès maintenant, on peut y réfléchir, organiser, prévoir, le tout dans la prière.

Psaume de la Création, interprété par Grégory Turpin

Par les cieux devant toi, splendeur et majesté
Par l’infiniment grand, l’infiniment petit
Et par le firmament, ton manteau étoilé
Et par frère soleil, je veux crier…

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau
Dieu vivant, Dieu très-haut
Tu es le Dieu d’amour
Mon Dieu, tu es grand, tu es beau
Dieu vivant, Dieu très-haut
Dieu présent en toute création

Par tous les océans et par toutes les mers
Par tous les continents et par l’eau des rivières
Par le feu qui te dit comme un buisson ardent
Et par l’aile du vent, je veux crier…

Par toutes les montagnes et toutes les vallées
Par l’ombre des forêts et par les fleurs des champs
Par les bourgeons des arbres et l’herbe des praires
Par le blé en épis, je veux crier…

Par tous les animaux de la terre et de l’eau
Par le chant des oiseaux, par le chant de la vie
Par l’homme que tu fis juste moins grand que toi
Et par tous ses enfants, je veux crier…

Par cette main tendue qui invite à la danse
Par ce baiser jailli d’un élan d’espérance
Par ce regard d’amour qui révèle et réchauffe
Par le pain et le vin, je veux crier…

Parole et musique : Patrick Richard

Bien à vous n° 9 – 18 juin 2021

Chers amis, ce jeudi 24 juin, nous fêterons la Nativité de Saint Jean-Baptiste. 
Une fête rare : On ne célèbre la naissance que deux saints : lui et la Vierge Marie. Parce que l’un et l’autre sont venus au monde avant le Christ en étant déjà ses témoins. Encore ne nous penchons-nous pas au-dessus de leur berceau comme devant Jésus à la crèche. Car Jésus est l’événement. Non Marie, ni Jean. Mais ils sont provocateurs de l’événement.
En cette année « Saint Joseph », soulignons un point de l’évangile que nous recevrons ce jour-là, car il concerne le mystère de la paternité. Au moment de la circoncision de l’enfant (Lc 1, 57-66), il s’agit de lui donner son nom, c’est-à-dire de définir sa personne. S’appellera-t-il Zacharie, comme son père ? Non, dit sa mère, son nom est Jean (« Dieu fait miséricorde ») Les gens sont surpris, mais pas Zacharie. C’est bien le nom qu’il doit donner à son fils, selon ce que l’ange Gabriel lui a dit, dans le Temple, lorsqu’il lui a annoncé la venue de cet enfant. Il se trouve que Zacharie n’a pas pu prononcer un seul mot depuis cette rencontre avec l’ange. Un grand silence lui a été imposé, comme une longue retraite spirituelle : elle a duré plus de neuf mois. Pendant que sa femme portait en elle l’enfant, il mûrissait, au long d’une sorte d’exode personnel, un fruit qui devait exprimer le vrai parfum de sa paternité, car il ne devait pas être seulement géniteur et éducateur de son fils, mais aussi témoin auprès de lui de la paternité de Dieu, dont Jean allait préparer la manifestation en Jésus.
Au terme de cette lente maturation et purification, le jour de la circoncision de l’enfant, Zacharie put laisser jaillir du fond de son être une parole libre, joyeuse et pure de toute incrédulité, à l’opposé de celle qu’il avait prononcé juste avant que l’ange ne lui ferme la bouche. Une parole de bénédiction, une parole de louange de Dieu, que l’Eglise chante désormais chaque matin : « Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple… »
En exprimant ainsi son cantique, Zacharie manifesta sa paternité à l’égard de Jean : plus encore que son géniteur et que son éducateur, il était témoin devant lui de la paternité de Dieu. Témoin fragile, témoin faillible, mais dont la parole devait compter plus que tout, car elle posait en Jean le socle de la connaissance de sa propre vocation, et la force d’y être fidèle jusqu’au bout. Ne craignons donc pas ces « exodes personnels » que Dieu nous fait traverser, car ils préparent notre plus grande fécondité dans l’Esprit.
Considérons aussi combien en chacun de nous, en chacun selon ce qu’il est, Dieu notre Père veut faire mûrir cette parole que Jean a pu crier dans le désert : « J’étais encore dans les entrailles de ma mère quand le Seigneur a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m’a protégé par l’ombre de sa main ; il a fait de moi sa flèche préférée, il m’a serré dans son carquois. […] Oui, j’ai du prix aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. »

St Jean Baptiste (Le Greco)

Voici ce tableau du Greco représentant saint Jean Baptiste et ce que l’image permet déjà de discerner  :

  • L’élancement de la figure : elle ne vise pas une représentation réaliste, mais, comme dans les icônes (Le Greco était… grec), une manifestation du monde invisible auquel renvoie le corps d’ascète, « hors normes », de saint Jean Baptiste
  • Jean-Baptiste semble « perdu en Dieu » et si nous le regardons, nous sommes nous-mêmes invités à voir au-delà l’image pour passer, comme à travers une fenêtre, vers le monde divin.
  • Un ciel d’orage sert de fond, donnant une luminosité un peu dramatique qui provoque, comme la prédication du Précurseur du Christ, l’attente, la préparation, la conversion.
  • Il porte, comme un roseau fragile, la croix, signe radical du salut qui vient, mais qui l’accueillera ? L’agneau, à ses pieds, fragile et humble, ajoute à cela. Seuls les petits comprendront.
On trouvera ici un bon petit commentaire vidéo du tableau du Greco représentant saint Jean Baptiste

Ordination sacerdotale : La Congrégation se réjouit de l’ordination sacerdotale de Adrien Dagois (à droite sur la photo), bien connu à Ste Jeanne d’Arc. Il sera ordonné prêtre le dimanche 27 mai à la Primatiale St Jean à Lyon

Retraites d’un jour 2021-2022

Un programme est disponible sur ce lien. A très bientôt la joie de reprendre dès le 5 octobre (réservez la date) le chemin de la Maison diocésaine, avec les normes sanitaires en vigueur à ce moment là…

Retraites d’un jour 2021-2022

Vous les attendiez parce qu’elles nous ont tous manqué. Voici les liens vers toutes les informations concernant les Retraites d’un jour 2021-2022 :

  • le programme : 3ème année du cycle de commentaire et de préparation aux lectures liturgiques du dimanche suivant
  • les dates : généralement le 1er mardi du mois
  • les inévitables normes sanitaires en cours à intégrer (et la nécessaire adaptation… comme depuis 15 mois)
  • Le prix et l’inscription

Bref, tout cela sur la page dédiée

Bien à vous n° 8 – 11 juin 2021

Voici ce Cœur qui a tant aimé le monde

Ce 11 juin, l’Eglise fête le Sacré Cœur de Jésus. La paroisse le célébrera avec solennité ce dimanche 13 juin.
Dans la Constitution Gaudium et Spes, le concile Vatican II affirme : « Par son Incarnation, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni Lui-même à tout homme. Il a travaillé avec des mains d’homme, Il a pensé avec une intelligence d’homme, Il a agi avec une volonté d’homme, Il a aimé avec un cœur d’homme » (GS 22)
L’amour de Dieu pour l’humanité se fait miséricorde et s’abaisse dans un cœur humain pour nous rejoindre. Cette fête nous invite à faire mémoire des merveilles que le Seigneur a fait pour nous, par amour et par sollicitude pour nous. Cet amour est une source : source de grâces et de bénédiction, source de salut et de divinisation.
Allons à la source de nos vies ! Bonne fête du Sacré Cœur

Saint Claude La Colombière

En 1674, le jésuite Claude La Colombière (1641-1682) arriva à Paray-le-Monial. Il y devint très vite le directeur spirituel de Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690), religieuse du couvent de la Visitation. Celle-ci reçoit plusieurs apparitions du Christ, dont celle de juin 1675 où Jésus lui montre son cœur en disant : « Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes, […] jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart qu’ingratitude ». Une autre fois, il lui dit « Mon divin Cœur est […] passionné d’amour pour les hommes, et pour toi en particulier »
Claude La Colombière, « son parfait et vrai ami« , aidera la religieuse à faire connaître le message du Sacré-Coeur, en se faisant l’apôtre ardent de cette dévotion. Mort en 1682, son corps est conservé à la chapelle des jésuites à Paray, non loin de la Visitation. Il a été canonisé en 1992.
La fête du Sacré Coeur a été instituée en 1765 et étendue à toute l’Eglise en 1856.
Au cœur d’un XVIIème siècle marqué par la spiritualité janséniste, cette dévotion au Sacré Coeur de Jésus convertit le regard porté sur le dessein miséricordieux de Dieu, par la manifestation de son projet bienveillant, culminant dans le coeur ouvert de son Fils sur la Croix. Cette poésie de St Claude La Colombière l’exprime à sa manière :

A son côté, quelle large blessure !
Il en jaillit et du sang et de l’eau
C’est son amour, qui, par cette ouverture
Jusqu’à son Cœur, donne un accès nouveau

Plus dur pour lui que le fer de la lance,
Le cœur de l’homme a transpercé ce cœur ;
Le sang et l’eau, qu’il met dans la ballance,
Font que son poids penche en notre faveur

Quels biens pour nous, renferme ce mistère !
Des biens, dont rien ne doit taire le cours,
Du cœur divin, sont un bien salutaire,
Et ce Sang pur, qui fait vivre toujours

Cette blessure, ô cœur, est notre vie
L’Eglise y voit sa force et sa beauté ; 
Par sa vertu, ce sang la vivifie
Cette eau lui donne un éclat enchanté.

Saint Claude La Colombière (bis)

Plusieurs prières personnelles de St Claude La Colombière nous sont parvenues. Parmi elles, quelques unes témoignent d’une ardente relation de ce prêtre au Cœur Sacré de Jésus. Relation de confiance et d’abandon. Relation  où il s’en remet complètement à cette Source divine. Voici la plus connue :

Sacré Cœur de Jésus,
apprenez-moi le parfait oubli de moi-même,
puisque c’est la seule voie par où l’on peut entrer en vous.

Puisque tout ce que je ferai à l’avenir sera à vous,
faites en sorte que je ne fasse rien qui ne soit digne de vous ;
enseignez-moi ce que je dois faire pour parvenir à la pureté de votre amour,
duquel vous m’avez inspiré le désir.

Je sens en moi une grande volonté de vous plaire,
et une plus grande impuissance d’en venir à bout sans une lumière
et un secours très particuliers que je ne puis attendre que de vous.

Faites en moi votre volonté, Seigneur;
je m’y oppose, je le sens bien,
mais je voudrais bien ne pas m’y opposer :
c’est à vous à tout faire, divin Cœur de Jésus-Christ,
vous seul aurez toute la gloire de ma sanctification,
si je me fais saint ;
cela me paraît plus clair que le jour;
mais ce sera pour vous une grande gloire,
et c’est pour cela seulement que je veux désirer la perfection.

Reprise du café-croissants

Après plusieurs mois d’interruption, le café-croissants du samedi matin a repris le samedi 5 juin, avec son rythme habituel : messe à 8h30, café-croissants à 9h15 et partage sur la Parole de Dieu jusque 10h. Gestes barrière de rigueur…

Retraites d’un jour 2021-2022

Un programme est en cours d’élaboration… A très bientôt la joie de le découvrir en espérant reprendre dès le 5 octobre (réservez la date) le chemin de la Maison diocésaine, avec les normes sanitaires en vigueur à ce moment là… A suivre.

Des nouvelles du pèlerinage en Terre Sainte (4-11 nov 2021)

Un pélé en Terre Sainte est organisé à l’occasion des 10 ans de la fondation de l’Oratoire de Dijon. Cette organisation est confirmée en intégrant les dispositions sanitaires en cours. Ce pèlerinage se prépare avec réalisme et confiance en tenant compte de la situation politique et sanitaire. Nous sommes  53 inscrits à ce jour ! De sorte que les inscriptions sont closes, 3 semaines avant la date officielle

Bien à vous n° 7 – 4 juin 2021

Voici le Corps et le Sang du Seigneur

Les fêtes s’enchaînent en ce temps après la Pentecôte. Après St Philippe Néri honoré le 26 mai, la Trinité célébrée dimanche dernier, voici la fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ ce dimanche, puis celle du Sacré-Coeur vendredi prochain.
Ces fêtes nous rappellent que Pâques est une joie qui ne peut ni s’émousser ni s’éteindre. Aller de fête en fête donne à notre quotidien un parfum et une saveur renouvelées. Nous vous souhaitons de vivre cette fête du Saint Sacrement dans cette louange simple de ceux qui expriment leur gratitude d’être rejoints par ce Dieu qui se fait si proche de nous. Il nous nourrit, Il nous désaltère, Il nous communique sa Vie. Il se fait le Très bas et le Très humble pour faire sa demeure en nous à chaque Eucharistie, à chaque communion. Levons les yeux pour le regarder et l’adorer.

Pange Lingua gloriosi

A partir du XIIIè siècle, la dévotion eucharistique s’est développée alors que des objections théologiques s’étaient exprimées quant à la présence réelle du Corps du Christ dans le pain consacré. Ces objections avaient été principalement soulevées au XIè siècle par Béranger de Tours. Avant le Concile de Trente au XVIè siècle, plusieurs conciles locaux au XIIè et XIIIè ont réaffirmé ce réalisme eucharistique : « Ceci est mon Corps, ceci est mon Sang ».
St Thomas d’Aquin (1225-1274) composera l’office de la fête du Saint-Sacrement (appelée ‘Fête-Dieu’ jusqu’à la réforme liturgique de 1969) mise en place en 1264 par le pape Urbain IV qui avait été évêque de Liège. C’est dans cette ville que Ste Julienne de Cornillon  (1193-1258) s’était faite l’apôtre d’une dévotion eucharistique devenue rapidement très populaire.
Voici un des textes composés par St Thomas d’Aquin. Il a sa place dans la liturgie des heures, mais aussi à la procession eucharistique du Jeudi-Saint. Les 2 dernières strophes sont habituellement chantées lors de l’exposition du Saint-Sacrement.
Ce texte expose d’une façon à la fois synthétique et poétique le cœur de la foi eucharistique : la foi suffit pour percer les apparences du pain et du vin pour y discerner ce vrai Corps et ce vrai Sang, donnés pour notre salut et notre divinisation. Adorons-Le !

Pange lingua gloriosi
Corporis mysterium,
Sanguinisque pretiosi,
Quem in mundi pretium
Fructus ventris generosi,
Rex effudit gentium.

Nobis datus, nobis natus
Ex intacta Virgine
Et in mundo conversatus,
Sparso verbi semine,
Sui moras incolatus
Miro clausit ordine.

In supremae nocte cenae
Recum bens cum fratribus,
Observata lege plene
Cibis in legalibus,
Cibum turbae duodenae
Se dat suis manibus

Verbum caro, panem verum
Verbo carnem efficit:
Fitque sanguis Christi merum,
Et si sensus deficit,
Ad firmandum cor sincerum
Sola fides sufficit.

Tantum ergo Sacramentum
Veneremur cernui:
Et antiquum documentum
Novo cedat ritui:
Praestet fides supplementum
Sensuum defectui.

Genitori, Genitoque
Laus et iubilatio,
Salus, honor, virtus quoque
Sit et benedictio:
Procedenti ab utroque
Compar sit laudatio. Amen.

Chante, ô ma langue, le mystère
De ce corps très glorieux
Et de ce sang si précieux
Que le Roi de nations
Issu d’une noble lignée
Versa pour le prix de ce monde

Fils d’une mère toujours vierge
Né pour nous, à nous donné,
Et dans ce monde ayant vécu,
Verbe en semence semé,
Il conclut son temps d’ici-bas
Par une action incomparable :

La nuit de la dernière Cène,
A table avec ses amis,
Ayant pleinement observé
La Pâque selon la loi,
De ses propres mains il s’offrit
En nourriture aux douze Apôtres.

Le Verbe fait chair, par son verbe,
Fait de sa chair le vrai pain;
Le sang du Christ devient boisson;
Nos sens étant limités,
C’est la foi seule qui suffit
pour affermir les coeurs sincères.

Il est si grand, ce sacrement !
Adorons-le, prosternés.
Que s’effacent les anciens rites
Devant le culte nouveau !
Que la foi vienne suppléer
Aux faiblesses de nos sens !

Au Père et au Fils qu’il engendre
Louange et joie débordante,
Salut, honneur, toute-puissance
Et toujours bénédiction !
A l’Esprit qui des deux procède
soit rendue même louange. Amen.

Une méditation en image sur le Sacré Cœur : le Cœur ouvert de Jésus

Reprise du café-croissants

Après plusieurs mois d’interruption, le café-croissants du samedi matin reprend ce samedi 5 juin, avec son rythme habituel : messe à 8h30, café-croissants à 9h15 et partage sur la Parole de Dieu jusque 10h. Gestes barrière de rigueur…